Notre maison avant et après...

Le Pigeonnier avant et après...

 

Pour ceux qui ne l’ont pas encore découvert " Les Ruchers du Pigeonnier" est un lieu privilégié dans la campagne de Meilhan sur Garonne, dans le département de Lot et Garonne

" Les Ruchers du Pigeonnier" c'est d’abord notre habitation, une pure gasconne, que nous avons acheté en janvier 1999, voici déjà 17 ans. La maison était inhabitée et fermée depuis 10 ans et attendait patiemment ses nouveaux propriétaires. Elle n'avait pas un grand confort, pas d'eau, une électricité d'une autre époque et bien sûr pas de salle de bain, ni de toilettes dans la maison, mais quand je l'ai vu, j'ai de suite eu le coup de foudre, en grande partie en raison de son petit pigeonnier.

C'est avec un courage inconscient et un amateurisme éclairé, que Patrick et moi, nous nous sommes mis au travail, pour lui insuffler une nouvelle vie.

Non seulement nous lui avons redonné vie, mais nous lui avons également donné une seconde jeunesse. Ce qui nous a procuré le plus de satisfactions, c'est cette restauration que nous avons faites Patrick et moi-même . Cela a pris un certain temps et ce n'est pas encore complètement terminé, vous me direz dans une maison il y a toujours à faire et c'est vrai.

Nous en avons eu des fous rires et des prises de tête dans cette maison...nous avons gardé, de ces mois de travaux, des souvenirs mémorables.

Un peu à l’écart de notre maison , il y a donc le fameux Petit Pigeonnier, du 17ème siècle lui aussi, laissé à l’abandon depuis fort longtemps et uniquement empreint des dernières traces de ses occupants, c’est-à-dire, cochons, poules et pigeons.

 

 Après la maison, nous avons décidé de le restaurer lui aussi. Cela nous a encore pris quelques années de plus. Au départ son usage était un peu flou, mon mari voulait en faire une bibliothèque, c'est certain il aurait bien pu accueillir nos nombreux livres...Puis nous avons pensé qu'il serait agréable pour nos enfants, lorsqu'ils séjournaient chez nous. Mais nos enfants ne sont pas toujours là et c'est eux qui nous ont conseillé d'opter, en leur absence , pour l'accueil de vacanciers.

Notre région étant touristique et accueillante, l’idée fût de transformer le pigeonnier en gîte. Les touristes à la recherche de calme, de nature et curieux de visiter notre beau Lot et Garonne, ont trouvé un véritable havre de paix dans le  "Petit Pigeonnier". Et voilà comment a débuté cette grande aventure, puisque les hôtes viennent désormais occuper les lieux et que pour chacun de nous c’est un plaisir partagé. Nous croisons des gens charmants et avec certains de véritables liens d'amitié se sont noués. Ces rencontres sont franchement agréables, nous ne regrettons pas du tout notre décision, grâce à nos hôtes de France, d'Europe ou du monde, nous voyageons à domicile , nous avons bien de la chance!!!

 

 

Extrait de l’avant-propos de l’ouvrage « Pigeonniers de France » de Dominique Letellier :                                        Le pigeonnier tient une place toute particulière dans l’histoire sociale des pays occidentaux et, par voie de conséquence, dans l’architecture. Il porte en lui un paradoxe. En effet, sa fonction primordiale est utilitaire (nourriture et réceptacle à colombine) mais dès son avènement, il eut valeur de symbole : symbole du pouvoir et de la suzeraineté avant la Révolution, symbole de la liberté acquise après 1789…Si, toutefois, on peut considérer l’abolition des privilèges comme synonyme de liberté ! Le morcellement des terres seigneuriales donna naissance à une grande variété de pigeonniers de conception différente, quant à l’utilisation des matériaux, et livre de précieux enseignements sur l’aspect social de l’époque.               Aujourd’hui, les pigeonniers ont perdu leur utilité au profit de leur fonction de mémoire. Fichés au milieu d’un labour ou cachés à l’ombre des chênes, ils montent la garde, silhouettes transitoires entre un passé définitivement aboli et un futur qui ne saurait être serein sans référence à ses racines. Le temps en les érodant, ne les a ni résignés, ni humiliés. Il leur a conféré une certaine majesté.

 

 

Les Ruchers du Pigeonnier" c'est également notre parc sauvage. Quand nous avons acheté notre maison, il n'y avait pour toute végétation que du maïs et un seul arbre, un vieux marronnier qu'il est impossible de manquer, car il trône majestueusement à l'entrée de la maison. Patrick, dès notre arrivée, s'est mis au travail tel Elzéard Bouffier, le personnage de la nouvelle de Jean Giono, "L’Homme qui plantait des arbres". Des arbres, des arbustes mellifères, des haies pour délimiter le terrain et estomper la route, ont commencé à dessiner ce lieu, qui est devenu une enclave boisée au milieu des plantations agricoles. Nous avons aussi laissé faire la nature et nous avons eu raison, car aujourd'hui elle a repris ses droits et une multitude d'arbres et de plantes viennent se joindre à ceux qui ont été plantés. Les animaux ont également trouvé leurs maisons, oiseaux, lapins, lièvres, hérissons et chevreuils viennent y chercher un endroit de liberté et des moments de tranquillité.

 

Enfin la dernière facette et non la moindre des "Ruchers du Pigeonnier", se sont nos abeilles, ou plutôt les ouvrières de mon mari, car c'est lui l'apiculteur. Il ne pratique plus l’apiculture professionnellement, comme cela a été le cas pendant plus de 20 ans dans les Pyrénées, où il a eu jusqu'à 500 ruches, mais il a gardé en lui une place pour ses abeilles et ce métier qu'il aime. Chez nous il a installé une quinzaine de ruches, dont il s’occupe toujours avec autant de passion. Il faut bien le reconnaître, si nous sommes ici aujourd'hui, c'est justement à cause ou grâce aux abeilles, car ayant quitté ses montagnes, Patrick devait trouver un local ou une maison pour y conserver son matériel apicole et reprendre le contact avec ses chères abeilles, si utiles à notre environnement. Chaque année, si la saison a été bonne, ce qui est de moins en moins évidant, Patrick récolte ce don que nous font les abeilles et qui régale toute la famille, nos amis et nos hôtes également.

Alors voilà le tableau est dépeint, vous connaissez maintenant les débuts des "Ruchers du Pigeonnier", il ne me reste plus qu'à vous informer sur son cheminement, ce que je tacherais de faire le plus souvent possible. J’ai encore beaucoup de choses à vous faire partager....

 

 Au fil des années, les arbres et la végétation ont poussé, les abords de notre maison ont changé et d’un terrain plat et sec, nous avons fait un petit bois sauvage, des coins tranquilles et ombragés, des allées champêtres où nous promener, un paradis pour nous, un endroit agréable et convivial pour nos enfants et petits-enfants, pour nos amis et nos hôtes. Nos arbres fruitiers, si chétifs au début et que je ne pensais jamais voir grandir, nous donnent de beaux fruits que nous partageons volontiers et avec lesquels nous faisons des confitures. Nous devons même maintenant couper quelques arbres pour faciliter la promenade dans le parc. Nous avons deux petits bassins, celui de l'entrée de la maison, peuplé de poissons rouges et de grenouilles, celui du bois avec les grenouilles seulement, merci le héron!!                                                                                                                             Nous vivons presque au rythme des saisons, dès que le printemps pointe le bout de son nez, nous faisons comme lui et comme les abeilles. Le travail d’extérieur reprend ses droits, la tonte, le jardin potager, les multiples petits travaux à réaliser dès cette époque de l’année. Mais aussi nous profitons de la nature, nous allons voir nos arbres, nous nous émerveillons, comme chaque année, devant leur jeunes bourgeons, l’espoir renaît dans nos cœurs, les beaux jours ne sont plus très loin.                                                                                                   Si l’hiver a été rude, nous découvrons avec tristesse que certains en ont souffert, mais nous leur laissons une chance de se remettre avant de penser à les remplacer. Dans le petit bassin devant la maison, les poissons remontent à la surface, dès qu’ils m’entendent, ils viennent demander leur pitance, j’aime ces premiers rayons de soleil au bord du bassin, Patrick y bois son café et assise au-dessus de l’eau je regarde si les petits poissons sont toujours là, si c’est le cas et tant mieux, c’est signe qu’ils ont bien passé l’hiver. Notre première carpe Koï a profité, il était temps...elle a au moins 5 ans, les cinq autres aussi il me semble, mais elles sont plus jeunes et à peine plus grosses que certains poissons rouges. 

 

L’été quand le soleil brille, nous entendons les grillons et la multitude d'oiseaux qui occupe les lieux. Nous observons les petits merles faire leur premier vol et nous râlons un peu, quand tout ce beau monde mange en une nuit, nos cerises ou nos fruits rouges. Les tourterelles qui ont fait leurs nids sous le toit de la terrasse, nourrissent et éduquent leur progéniture, quand elles n'ont pas malencontreusement fait tomber un œuf ou deux au sol. Il fait bon respirer les senteurs de la nature, nous ramassons nos légumes dans le potager, nous faisons nos conserves pour l’hiver. Malgré le travail et bien que nous restions chez nous, l'été nous avons toujours l’impression d’être en vacances, à travers nos hôtes nous traversons la France, l’Europe et même l’Amérique. L'automne aux belles couleurs est vite passé, l’hiver c’est autre chose, comme nos amies les abeilles nous hibernons un peu et attendons avec impatience le retour du printemps, nous nourrissons les oiseaux, nous achevons les derniers travaux mis en route et si notre temps le permet, nous prenons le large…. à notre tour de voyager et découvrir d'autres horizons. 

 

Il y a déjà trois ans, Patrick m’a apporté un magazine, à l’intérieur de celui-ci dans les pages idées de décoration, une petite caravane des années 70, arborait un aménagement et des couleurs qui m’ont aussitôt séduite. L’idée de trouver la même caravane ne m’a plus quitté et nous nous sommes mis en quête, surtout moi je dois l’avouer, de trouver la perle rare. C’est sur un site de petites annonces, que j’ai trouvé ce que je cherchais. Aussitôt vu aussitôt fait et voilà ma petite trouvaille installée dans un coin du jardin, les jours suivants après l’achat des peintures, je me suis mise au travail pour redonner à cette rescapée une nouvelle apparence. La voici désormais, rose, rouge, mauve et orange prête à nous accueillir, très psychédélique, cela dans les plus brefs délais, car j'avais hâte d'y dormir, pire qu'une gamine !! Nous avons donc étrenné la bonbonnière, depuis notre amie Christine Legros l'a baptisé "India". "India" a déjà reçu ses premiers hôtes, nos amis Marie et Florent y ont dormi, un jeune couple de cyclistes, en promenade dans notre région, y a passé une nuit, ainsi qu’une maman et sa fille qui marchaient sur le voie verte, qui longe le Canal de Garonne, plus récemment deux écossaises en vélo également, qui voulaient absolument dormir « dans le joli pétitcaravan rose » Sa terrasse avec banc, table, chaises, voile d’ombrage, est accueillante et le petit plus... ce sont les arbres fruitiers, dans lesquels nos hôtes sont autorisés à cueillir les fruits non traités.

 

L’année suivante après avoir vu ce que j’avais fait d’" India", notre ami Hugues des « Canoës de Garonne », nous proposait une de ses caravanes, dont il n’avait plus l’utilité. Je sautais sur l’occasion et la voici installée chez nous, dans le petit bois. Plus grande caravane que la première elle sera baptisée, "La Champêtre". Après avoir réfléchi sur le choix des couleurs, j’ai opté pour du vert et du bleu turquoise à l’extérieur et du vert anis pour l’intérieur. Un grand nettoyage et voici la transformation qui commence. Je lui ai refait ses housses de coussins, ses rideaux, quelques finitions en déco à l’intérieur et voilà notre "Champêtre" bientôt prête à accueillir ses hôtes elle aussi. Il reste le coin extérieur à aménager, un petit banc et un hamac sont prévus, une table et deux chaises sont déjà achetées, ainsi qu’un voile d’ombrage, qui viendra agrémenter l’ensemble. Les deux caravanes ont un sanitaire pour elles, toilettes sèches, douche et lavabo. Et bien sûr ceux qui viendront dormir dans la "Champêtre" pourront également goûter les fruits du verger….La Champêtre a elle aussi accueilli ses premiers hôtes, parmi eux, un groupe de choristes qui accompagnaient la chanteuse Nicole Rieu, des cyclistes flamands et un groupe de sympathiques cyclistes du Sud Ouest. 


Aujourd'hui, je vais vous parler des belles rencontres, que nous avons faites grâce au "Ruchers du Pigeonnier"

Marie et Florent:

Comme je vous l’ai dit précédemment, grâce au "Petit Pigeonnier", nous avons fait des rencontres inoubliables. Avec pratiquement tous nos hôtes nous avons partagé des moments très conviviaux, mais avec trois couples nous sommes allés au-delà de ces moments.

Le premier couple avec qui nous avons partagé notre amitié, c’est celui de Marie et Florent.                             C'était la première année de location de notre gîte, ils étaient alors accompagnés de leurs deux enfants, Louison et Jeanne. Dès le lendemain de leur arrivée nous n’avons pu que constater que nous n’avions pas à faire à des hôtes habituels, mais à deux personnes exceptionnellement sympathiques, avec qui nous avons eu comme l'a dit lui-même Florent "un coup de foudre réciproque d'amitié".

Étant débutants dans cette activité, nous avions quelques appréhensions , mais là nous sommes tombés sous le charme de ces jeunes Jurassiens. Aussi bizarre que cela puisse paraître, naturellement, leurs vacances sont devenus les nôtres, nous avons vécu 15 jours de vacances en famille, nos enfants se sont joints à nous à tour de rôle et tous ensemble nous n’avons pas vu passer le séjour. Pour finir la pergola de la piscine, Florent, à ma grande surprise, a pris les outils en main pour aider Patrick et un de nos gendres. L'année suivante il récidivait pour nous aider à monter le sanitaire de la caravane…je n’y croyais pas, un locataire qui aide le propriétaire pendant ses vacances ???? C’est incroyable…mais cela existe oui !!! Quand les vacances se sont terminées nous avions tous les larmes aux yeux et de bons souvenirs plein la tête, nous nous sommes promis de nous revoir. C'est ce que nous avons fait... nous nous sommes retrouvés plusieurs fois, chez nous comme chez eux et nous avons fait la connaissance d' une petite Lili, venue agrandir leur famille. 

 

Christine et Mickaël :

Le deuxième couple lui aussi avait réservé pour deux semaines, Christine et Mickaël sont venus passer leurs vacances au "Petit Pigeonnier" avec leurs deux fils Damien et Antoine. Contrairement à Marie et Florent, l’approche s’est faite progressivement, nous les femmes ayant la faculté de communiquer plus rapidement que nos maris et comme Christine est aussi bavarde que moi, nous avons fait la causette un peu chaque jour lors de la première semaine, et de loin avons échangé quelques mots avec Mickaël. Je ne sais plus comment c’est arrivé, mais je dirais que c'est presque du jour au lendemain, que nous avons tous fraternisé, du coup la dernière semaine nous ne nous sommes guère quittés et avons tissé des liens d’amitié. En septembre ils venaient passer le week-end avec nous à Meaux où nous faisions un carnaval Vénitien et en octobre nous étions chez eux à Paris pour un long week-end durant lequel nous avons scellé notre récente amitié. L’année suivante ils ont passé quelques jours à la maison et nous sommes retournés les voir à Paris. Ils sont de nouveau revenus chez nous, et Mickaël ainsi que ses fils, comme Florent, ont pris marteau, scie et huile de coude pour aider Patrick à monter le sanitaire de la 2ème caravane. Sacrées vacances !!! merci sympathiques amis vous êtes remarquables !!! Lors de ce séjour, Mickaël et Christine ont fait la connaissance de Florent et Marie, venus en famille passer la journée. Tous autour d'une grande tablée amicale, nous avons dégusté les produits du terroir.

 

Christine et Gérard :

Enfin le troisième couple, Gérard et Christine, voir quatrième, puisque nous avons eu également la chance de nous lier d’amitié avec les parents de Gérard, c’est lors de la saison 2013 que nous avons croisé leur chemin.

Encore une fois eux aussi, étaient dans le « Petit Pigeonnier » pour deux semaines et ils venaient de Bretagne, région de France que nous ne connaissions pas encore. Le contact s’est fait très rapidement et très naturellement, nous avons partagé des moments d’une grande convivialité, la présence de Louise, la fille de Gérard, y a contribué, grâce à sa spontanéité et sa joie de vivre, elle a su conquérir l’attention de notre petit fils Thiago et ainsi aux fils des jours nous avons formé une bonne bande de copains. Depuis nous avons découvert la Bretagne en partie avec eux, qui nous ont reçu chaleureusement à Saint Malo et avec les parents de Gérard, Marcel et Hélène nous avons visité le Mont Saint Michel. Ils sont revenus chez nous, en famille et en invités, en 2014, nous nous en souviendrons car Gérard n'était pas au mieux de sa forme, arrivé à la maison avec un pied qui avait doublé de volume, vilaine piqûre de guêpe, qui lui a fait passer le plus clair de son temps étendu.

Comme vous pouvez le constater, nous sommes privilégiés de rencontrer toutes ces personnes, qui un beau jour ont choisi les« Ruchers du Pigeonnier » pour y passer leurs vacances et nous ont donné leur amitié. Sans notre gîte nous n’aurions jamais croisé leur route.

Nous n'oublions pas la famille Malard, Christelle, Thierry, Axel et Tom.

Nous n'oublions pas non plus la famille des 4 C

Nous pensons aux nombreux sympathiques toulousains, venus à pied... en vélo... ou en voiture... 

 Lorsque je recopie tous ces petits mots, laissés sur le livre d'or, les visages et les bons souvenirs remontent de ma mémoire et surtout, je me répète, ne me font pas regretter la création de notre gîte. 

Que nous réserve encore le Petit Pigeonnier??? Promis, je vous tiens au courant...

 

 

L'hiver tirant à sa fin, nous allons tailler les  fruitiers, élaguer et sortir des arbres dans le petit bois, afin de préparer la venue de la seconde yourte. La saison des lémuriens et des vacances est terminée pour moi! il faut bien que je bosse un peu quand même...je suis prête et c'est heureux, car nous avons du pain sur la planche!! donc à bientôt pour la suite...

 

Toujours dans le bois, couper les arbres cela va vite, mais après il faut débiter tout ça...je crois que ce sera une autre étape, car nous n'avons que le week end pour travailler chez nous et  la terrasse de la première yourte doit être montée. Alors au boulot!!! A plus tard...

 

Non je ne vous ai pas oublié, mais très occupée...du bois il y en a partout!! Nous avons terminé la terrasse de la première yourte, il ne manque plus que ses toilettes sèches personnelles à faire. Et depuis hier, nous avons monté l'ossature du plancher de la 2ème yourte. Mais nous verrons un peu plus tard, car nous devons carreler la terrasse du Pigeonnier. Et puis il y a les abeilles, si le soleil veut bien revenir, nous aurons du miel d'acacia cette année, croisons les doigts!!!

 

Il fait toujours beau, aujourd'hui visite des ruches, Patrick me dit "ça cartonne !!" les ruches sont pleines, il faut rajouter des hausses sur chacune. Depuis quelques jours les abeilles sont sur l'acacia et oui, cette année il y  aura du miel d'acacia!!! c'est notre ami  Jacques qui va être content, il ne consomme que celui-là.

A part le miel, nous avons fait un petit coin balancelle sympathique, près de la table de ping pong et installé table, chaises et transats sur la terrasse de la yourte, ça sent les vacances tout ça!!!

 

Mais oui, c'est bien moi qui suis de retour sur le blog, mais pas pour bien longtemps. Nous avons profité en famille de quelques semaines de repos, avant l'arrivée imminente de nos hôtes. Mais tout à une fin et il est temps maintenant de se remettre au travail. Alors nous mettons les bouchées doubles avant  que nos vacanciers arrivent et du coup en ce début de saison,  je met le blog en vacances lui aussi.  Je vous retrouve début octobre pour vous raconter l'été 2015. A bientôt et bonnes vacances à tous!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Ruchers du Pigeonnier

Adresse Martine et Patrick Jacob Martin

Lieu dit Le Retou

47180 Meilhan sur Garonne

Tél: 0553209829 ou 0651206051

Mail: lesruchersdupigeonnier@hotmail.fr

Coordonnées GPS Lat 4451599  Long 0.01935

Rejoignez nous sur Facebook pour suivre notre actualité et celle de notre région et n'hésitez pas à aimer la page, merci!!!